CAMPAGNE FINANCÉE
AVEC LE SOUTIEN DE
L’UNION EUROPÉENNE
L’UNION EUROPÉENNE SOUTIENT LES CAMPAGNES POUR PROMOUVOIR LES
PRODUITS AGRICOLES DE HAUTE QUALITÉ.

Le manque de céréales complètes devient LA priorité

manque-cereales-completes-priorite

Les nouvelles données du projet Global Burden Diseases pour 2016 donnent une lecture actualisée des priorités nutritionnelles : un apport insuffisant en céréales complètes devient le facteur alimentaire qui pèse le plus sur la santé.

Le Global Burden Diseases est un projet titanesque qui suit, depuis 1990, la mortalité et la morbidité associées à 330 maladies dans le monde. L’actualisation avec les données de 2016 est un événement majeur auquel le Lancet consacre son dernier numéro. Elle offre la lecture la plus récente de la situation sanitaire dans le monde, et permet de trier les données par région, pays, facteurs de risque, etc. À l’échelle planétaire, les maladies non transmissibles représentent aujourd’hui 72,3 % de la mortalité, et les maladies cardiaques ischémiques sont la première cause de mortalité.

Céréales complètes, fruits, noix et graines dans le top 3

Le GBD 2016 arrive également à un nouveau classement des facteurs alimentaires et nutritionnels qui grignotent notre capital santé. Cette charge de morbidité est exprimée en DALY (Disability Adjusted Life Years), ou années de vie corrigées de l’incapacité et de mortalité prématurée. Dans cette dernière version, c’est un apport insuffisant en céréales complètes qui se hisse au 1er rang des années de vie en bonne santé perdues, avec un score de plus de 600 DALYs pour 100 000. Vient ensuite un apport insuffisant en fruits (545 DALYs) et en noix et graines (454 DALYs). L’apport excessif de sodium arrive en 4e place, suivi d’un apport trop bas en légumes, en oméga-3, en fibres et en légumineuses.

cereales-completes-tableau

 Viande rouge et boissons sucrées: vrai ou faux problème?

Ce classement a le mérite de donner une vue précise des priorités nutritionnelles qui, décidément, contrastent singulièrement avec les présumés coupables qui sont le plus souvent avancés. Ainsi, dans l’ensemble de la population, la consommation excessive de boissons sucrées n’apparait qu’en 15e position des facteurs alimentaires, avec un total de DALYs d’à peine 10. Et la consommation élevée de viande rouge n’est impliquée qu’à concurrence de 39 DALYs, alors qu’un apport trop faible en oméga-3 est responsable de 240 DALYs!

En d’autres termes, d’après ce modèle qui constitue à ce jour le mieux documenté manger plus de céréales complètes fait à lui seul gagner bien plus d’années de vie en bonne santé que réduire sa consommation de viande rouge et de boissons sucrées. Même si l’un n’empêche pas l’autre!

Institute for Health Metrics and Evaluation. Global Burden Diseases 2016.
Mots-clés